Réforme de la formation professionnelle en 2020
Future of work

Que contient la réforme de la formation professionnelle ?

Vous avez manqué des épisodes sur la Loi Avenir Professionnel, mais avez pris la bonne résolution de vous pencher sur les nouveautés ? Voilà qui tombe bien : en 2020, on entre dans le vif du sujet ! Pour passer à l’action, voici un tour d’horizon des changements à prendre en compte.

 

De nouveaux interlocuteurs pour la formation professionnelle

La loi sur la réforme de la formation professionnelle vient simplifier le paysage de la formation professionnelle.

Au niveau national, coup de balai sur quatre instances : le FPSPP, le CNEFOP, la CNP et le COPANEF sont remplacés par un nouvel acteur : France Compétences. Cet établissement assure le financement de la formation professionnelle, mais aussi sa régulation et l’amélioration de sa performance. Son site internet vous permet d’ores et déjà d’accéder à une base documentaire.

Au niveau régional, les FONGECIF « sautent », pour laisser la place aux commissions paritaires internationales (CPIR), dites « associations Transitions Pro » (ATpro). C’est auprès d’elles que vos salariés doivent déposer leurs demandes de prise en charge.

Enfin, les OPCO sont entrés en scène pour financer les contrats en alternance (apprentissage et contrat de professionnalisation). Si vous travaillez dans une TPE-PME, notez que l’arrivée des OPCO constitue une sacrée bonne nouvelle. Ils vont non seulement changer la donne en vous permettant d’obtenir des financements, mais assurent aussi un service de proximité pour vous aider à identifier les besoins de formation et informer les salariés.

 

Un relooking de l’action de formation

L’action de formation est devenue un « parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel ». Il faut donc envisager la formation sous l’angle du ROI, en se focalisant sur les compétences visées.

Les implications sont nombreuses.

Tout d’abord, exit le plan de formation et place au plan de développement des compétences pour piloter la formation professionnelle dans l’entreprise.

Ensuite, la cloison formation et travail tombe. Face à l’évolution du travail, vous pouvez désormais coller davantage au terrain en proposant de la formation pendant le temps de travail. L’AFEST, constitue ainsi un levier actionnable dès maintenant pour assurer une montée en compétences de vos collaborateurs en un temps record grâce à une mise en application directe des apprentissages !

Les organismes de formation ont quant à eux jusqu’au 31 décembre pour être labellisés. Cela annonce une amélioration de la qualité de l’offre, avec la possibilité d’organiser des actions de formation sur des « blocs de compétences ».

 

Davantage de co-construction sur les parcours de formation

La formation professionnelle des salariés est l’affaire des RH. Vous avez donc jusqu’au 31 décembre pour organiser les entretiens obligatoires (celui à prévoir tous les 2 ans, mais aussi l’état des lieux tous les 6 ans). À défaut, l’entreprise devra abonder le compte personnel de formation (CPF) des salariés lésés de 3000 euros, la règle valant si vos effectifs dépassent 50 salariés.

Pour autant, ayez en tête qu’avec le CPF monétisé, vos collaborateurs ont les cartes en main pour améliorer leur employabilité. Vous pouvez donc négocier avec eux pour un co-financement de leurs formations.

À vous d’engager le dialogue !

 

Ebook - RH, ce qui change dans la formation professionnelle en 2020

découvrir
Jérémy Marlin
icon-linkedin

Jérémy Marlin

10 ans d’expérience de fonctions sales sur des sujets RH (Santé, Qualité de Vie au travail, Absentéisme, Protection Sociale) auprès de TPE, ETI et Grands groupes ont permis à Jérémy de bien comprendre les enjeux de ces entreprises et de la valeur de leur capital humain.